Retour aux actualités
Michaël Cailloux, insatiable créateur touche-à-tout
"Je réalise toujours des planches tendances pour présenter un projet à mes clients"

Il navigue entre mode et décoration avec une facilité déconcertante... Foulards, bijoux muraux, papiers peints, estampes, papeterie d’art, le créateur parisien Michael Cailloux a plus d’un tour dans son sac. Sa patte ? Il n’hésite jamais à twister les codes classiques de l’histoire de l’art en les mixant à l’univers du tatouage, de la faune et de la flore. Après l’aventure LZC, son style unique continue de séduire les particuliers comme les maisons de mode les plus prestigieuses. Nous avons donc plongé dans son univers décalé le temps d’une interview… haute en couleurs !

 

 

Pouvez-vous vous présenter en quelques mots ?

Je suis un artiste qui utilise et travaille sur différents supports liés au dessin. J’associe notamment les techniques de gravure et de découpe à l’eau forte dans certaines de mes créations. Passionné par les insectes, les natures mortes, l’art déco, ce sont des thèmes que l’on retrouve très souvent dans mes objets. J'ai fait l’école Duperré, puis un BTS en Art Textile Appliqué pour terminer par un diplôme supérieur d’Art Appliqué orienté mode et environnement. J’ai alors été contacté par le bureau de tendance Peclers avec qui j’ai travaillé : et en parallèle, j’ai co-fondé la marque Atelier LZC avec Vanessa Lambert et Barbara Zorn, spécialisées dans les créations textiles et la sérigraphie. Nous imaginions nos propres motifs tout en collaborant avec de grandes enseignes (Habitat, Cartier, Baccarat…). J'ai suivi l’aventure 10 ans avant de partir voler de mes propres ailes ; les projets prenaient une ampleur trop industrielle à mon goût et je souhaitais me tourner vers une production plus artisanale. Je me suis donc dirigé vers l’enseignement tout en me formant à la gravure sur métal et à la découpe à l’eau forte. Aujourd’hui, je suis directeur artistique et pédagogique de l’école Conte, qui propose des formations dans les domaines des arts appliqués, de la mode et du textile : j’impulse le programme et les résultats artistiques par le biais de la pédagogie. En parallèle, je crée divers objets – papiers peints, foulards, bijoux muraux – en toute liberté et sans aucune contrainte commerciale.

« J’ai rédigé mon mémoire de diplôme supérieur d’Art Appliqué autour du grain de beauté et de la mouche au XVIIIème siècle, thème dont je me suis servi par la suite pour mes créations. »

 

 

Comment définiriez-vous votre style ?

Je dirais qu’il trouve sa source dans l’hybridation de plusieurs éléments : beaucoup de références à l’histoire de l’art, les natures mortes du XVIème siècle, les animaux, des éléments plus contemporains… Un travail de fusion mixant tous les univers que j’aime en quelque sorte. Les « accidents » de création font partie intégrante de mes œuvres : cet aspect aléatoire, ces petits défauts qu’on ne peut maîtriser entrent totalement dans les composantes des objets qui sortent de mon atelier.


Où puisez-vous vos inspirations ?

Principalement dans mes voyages. J’emporte toujours un carnet avec moi pour dessiner, faire des annotations, coucher des idées sur le papier… J’observe également le monde qui m’entoure, je vais voir de nombreuses expositions, je puise dans mes expériences passées… Mon voyage au Japon il y a plus de 10 ans est resté profondément ancré en moi par exemple.

 

Faites-vous des planches tendances pour vos créations ?

Je préconise les planches tendances dans le cadre de mon poste de directeur artistique car elles sont la base de toute création : j’en réalise systématiquement lorsque je présente un projet à mes clients afin d’exprimer mes idées par écrit. Cependant, je passe outre cette étape lorsque je travaille sur mes propres collections car je sais naturellement ce que je veux, et j’ai toujours le rendu final exactement en tête avant de commencer à créer. Cela ne m’empêche pas de m’appuyer sur de nombreux livres, de puiser divers matériaux dans des brocantes, des expositions…

 

 

Quel conseil donneriez-vous à la tribu SETMYSTYLE pour créer des planches tendances au top ?

Lorsque je travaille avec mes élèves, je leur demande d’accumuler plusieurs documents en mixant tous les arts : peinture, architecture, photo, design… afin de pouvoir raconter l’univers d’une personne. Cette association de plusieurs supports crée naturellement une histoire à travers des couleurs, des matières, des références artistiques. Il s’agit pour moi du point de départ idéal si l’on veut créer une collection pointue et avant-gardiste. Malheureusement, la tendance est aujourd’hui à l’uniformisation et ce sont bien souvent les mêmes images qui circulent, notamment via Pinterest. C’est pourquoi je préconise d’aller puiser des supports plus rares dans les livres ou sur des brocantes.

> www.michaelcailloux.com

 

Copyrights photos : Rodolphe Barras // Charlie Chouan // Lulu //