Retour aux actualités
Thomas Lecointe redonne vie aux objets !
"Quand je travaille mes planches SETMYSTYLE, soit je représente une pièce, soit je mixe des produits "

Insatiable créatif, Thomas n’a de cesse de détourner les objets pour leur donner une seconde vie. Roi du DIY, chroniqueur pour Téva Déco et aujourd’hui heureux propriétaire d’un tout nouveau café concept-store à St Ouen : Flea, le jeune homme nous accorde une entrevue entre deux passages à Emmaüs.

 

Pourquoi la déco ?

J’ai commencé dans la mode puisque j’ai suivi des études de styliste-modéliste à la Chambre Syndicale de la Haute Couture Parisienne puis j’ai effectué des stages à Paris et à New-York. En revenant des Etats-Unis, j’ai travaillé avec Cendrine Dominguez en tant qu’assistant sur une émission, puis comme rédacteur et illustrateur. C’est là que j’ai commencé à travailler à la réalisation de planches tendances et de moodboards. Je suis aujourd’hui chroniqueur dans Téva Déco, je travaille sur des projets de scénographie et je participe à des collaborations, notamment avec La Redoute Intérieurs. Même si je me suis éloigné de la mode, je garde ce goût pour l’assemblage des matériaux, comme on assemble des tissus.  Je n’arrête jamais mais c’est toujours un réel plaisir !

// La tête de lit a été réalisée à partir de bois de palettes //

 

Pouvez-vous nous parler de votre « marque de fabrique », le DIY ?

Je déteste jeter ! J’accumule beaucoup : je ramasse des objets dans la rue, je me rends chez Emmaüs au moins deux fois par semaine. J’y trouve un tas de choses dont les gens n’ont pas idée de ce qu’ils pourraient en faire. Moi, je me sers de ces trouvailles pour créer quelque chose. Parfois, je sais dès le départ ce que je vais réaliser avec un objet alors que pour d’autres, je ne sais pas encore comment je les transformerai. Chez moi, ma déco est pour une grande partie faite maison. Dans la chambre, j’ai fabriqué une tête de lit en palettes qui est recouverte de lin. Dans celle de ma fille, j’ai moi-même réalisé le papier-peint en tapotant la toile avec une pomme de terre imprégnée de peinture pour créer des aspérités. C’est d’ailleurs le post qui a été le plus relayé, y compris par la marque dont je m’étais inspirée ! Pour la table de la salle à manger, j’ai décidé d’intégrer un bac à fleur en découpant la partie centrale. J’adore transformer et adapter les matériaux.

 

Mais où trouvez-vous toutes ces idées ?

Un peu partout, cela peut venir d’un besoin utilitaire, comme une lampe de chevet créée avec des livres percés, mais aussi d’un visuel ou encore de pièces de design. Je passe du temps sur Pinterest pour m’inspirer. J’utilise souvent le bois car j’aime beaucoup le détourner et assembler différents morceaux entre eux : on le trouve partout, c’est un avantage ! Par exemple, pour mon café concept-store, que j’ai ouvert avec ma femme qui est photographe, j’ai voulu cacher un radiateur blanc qui n’allait pas avec l’ambiance de la pièce : j’ai donc utilisé des palettes et en 10 minutes, le radiateur était habillé. Tout le monde me demande où je l’ai acheté !

// Chutes de bois, coupes en verre, livres chinés... tout est source d'inspiration pour Thomas //

 

Vous utilisez les planches tendance dans votre métier ?

Oui, je me sers beaucoup des planches de styles pour concevoir des décors. Comme dans la mode où la planche inspirationnelle guide le styliste dans sa démarche, la planche de tendances permet de guider les décorateurs ou les particuliers en visualisant des solutions avec des produits. J’ai ainsi collaboré avec St Maclou, pour qui j’ai créé plus de 400 planches mais aussi avec La Redoute Intérieurs, dans le cadre des Défis d’intérieur(s). Je ne réalisais pas les planches à proprement parlé, puisque ce sont les décorateurs qui choisissaient leurs mises en scènes, mais je les aidais s’ils me le demandaient.

 

Alors, justement comment les concevez-vous ?

Je peux m’inspirer partout : par exemple, pour une chambre, je suis parti d’un pantalon GAP pourpre. Chez moi, j’ai d’abord choisi mes lignes directrices : le chêne, le blanc et le noir et j’ai ensuite construit un décor. Un seul visuel peut déboucher sur des idées infinies. Quand je travaille mes planches SETMYSTYLE, c’est l’esthétisme de la planche que je privilégie à travers deux types de planches : soit je représente une pièce, que je compose, soit je mixe des produits qui ont un réel intérêt entre eux. C’est un moyen simple pour montrer que l’on peut mélanger des styles et des objets en harmonie.

// Quand je réalise mes planches, j’ajoute un filtre légèrement brumeux pour créer un effet d’uniformité //

 

Avez-vous une astuce à confier ?

Quand je réalise mes planches, j’ajoute souvent un filtre légèrement brumeux par-dessus pour créer un effet d’uniformité. Et pour plus de lisibilité, j’utilise également des liserés de séparation blancs.

 

Comment trouvez-vous vos idées de DIY pour votre chronique Téva Déco ?

Je propose des choses que tout le monde peut faire. Mes idées viennent souvent de problématiques perso, comme avec le cache-radiateur dont je vous ai parlé. Je prends en compte les contraintes d’espace mais aussi de coût. Avec trois fois rien, on peut réaliser de jolis meubles.

// Pour Thomas, une planche permet de guider le particulier dans ses choix //

 

Quelle est votre humeur du moment ?

J’ai un toc avec les ficelles et tout ce que s’y apparente, comme les tendeurs. Je les utilise pour créer des porte-clés, des suspensions, du tissage mural ou encore des coffres à jouets.

 

* Pour boire un café et chiner à St Ouen : www.flea-st-ouen.com

** Le site de Thomas : thomaslecointe.squarespace.com/

*** Découvrez le profil SETMYSTYLE de Thomas ici

 

Crédite photo portrait : ©Cécile Rogue